Sport: Comment équilibrer Acceptation de soi et Motivation

Bonjour à toutes! Aujourd'hui, nous parlons de cette dualité très présente chez les femmes : comment être d'un côté en paix avec sa silhouette, et d'un autre, rester motivée pour faire du sport régulièrement? Comment rayonner de l'intérieur, tout en installant une nouvelle habitude sportive, alors que ça demande souvent une grande détermination et un objectif motivant pour tenir dans la durée?


Comment ça s'installe, cette habitude, de manière équilibrée mais durable ? Dans cet article, je partage l'expérience et témoignage d'un trio de femmes amies, que nous appellerons « Cléo, Marie et Elisa » pour respecter leur anonymat, qui partagent leur histoire mais « sous le radar ». Faut dire que parler de son corps, c'est pas si facile.


(Pas le temps ou envie de lire? Écoutez cet article en Audio ici)




"Chaque fois qu'on se remet au sport, c'est le même cinéma"


Comme très souvent, chacune d'entre elle débute un programme sportif avec une détermination nouvelle : elles veulent « un nouveau corps », un « nouveau moi », une « nouvelle vie ». Quelque chose, selon elles, « doit » changer. C'est le Grand jour !


Pour situer un peu leurs sentiments et tempéraments : Cléo est autonome, a toujours eu quelques kilos en trop mais se sent prête à « attaquer la bête », comme elle dit, toujours prête à relever les défis, elle adore se surpasser, elle adore quand « c'est dur ».


Marie, elle, a un boulot prenant, elle sait que si elle n'a pas un horaire de sport « obligé », elle va laisser tomber : en réalité, elle déteste le sport. Puis elle déteste aussi ses cuisses. Puis aussi ses bras « qui pendent ». Puis son menton. Et ses genoux de travers. Marie n'aime rien en elle...


Enfin, Elisa, elle, adore les belles choses. Elle en commande beaucoup via internet, qu'il s'agisse d'habits ou de maquillages, de crème, de gadgets et passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux à voir « la dernière mode ». Souvent elle se dit qu'elle exagère, elle passe parfois 2 ou 3 heures le soir à faire défiler les statuts Instagram, se compare à l'incomparable et elle finit endormie avec le sentiment d'être horrible et nulle.



La fameuse décision qui va soit-disant "tout changer" . Mais...


Leur décision de se remettre au sport, c'est un peu comme les début de la Lune de Miel : l'image, la « vision » du résultat semble claire, elles n'ont pas encore traversé les épreuves et sont presque prêtes à tout. Cela vous dit peut-être quelque chose...


Une après-midi, Cléo s'est décidée, elle a dévalisé le rayon d'un magasin sportif en s'équipant « comme il faut » : baskets, collants, petits poids, petits ustensiles de fitness divers ». A la caisse, dit-elle, elle se sentait déjà comme « plus en forme », elle avait déjà changé de posture par le simple fait d'avoir agis dans le sens de sa décision. Et son compte en banque a fondu, MAIS elle a « tout ce qu'il faut » pour y arriver, « cette fois ».


Marie, elle, a « enfin » poussé la porte d'une salle de sport, et une fois les formalités signées et payées, sent déjà les effets psychologiques et physiques que lui procure la grille horaire des cours collectifs. Elle gambade avec son joli sac de sport et son essuie, pour arriver à son premier cours de sport, parce que désormais, elle est « sportive ».


Quand à Elisa, ça y est, elle a cliqué sur le bouton Paypal d'un programme sportif en ligne. L'adrénaline est à son comble, elle fait « partie de la troupe » de cette monitrice et lorgne sur les résultats spectaculaires qui lui sont mis sous le nez en photo. « Enfin », elle aussi, va pouvoir entrer dans son bikini cet été, se sentir plus "belle que jamais" ...



Mais mais mais... suffit-il de s'inscrire pour que le bonheur arrive? S'aimer , c'est un peu peu plus compliqué...


Pas si simple pour Cléo, pour la suite... Une fois à la maison, ses ustensiles ont trouvé une place dans sa chambre, ainsi que le tapis de sport. Elle a pourtant bien suivi les tutoriels que la marque diffuse, mais se demande si elle agit correctement dans les mouvements. Elle passe davantage de temps à consulter et chercher des informations, cela la démotive et en moins de 2 semaines, Cléo laisse tomber ses bonnes résolutions. Voyant qu'elle a acheté « tout ça pour rien », le fait d'avoir le nez sur son matériel tous les jours la secoue, ainsi que son image dans le miroir. Très rude avec elle-même, la voilà déterminée à « tout déchirer », comme elle aime bien dire. Coûte que coûte, elle va non seulement rentabiliser son matériel, mais elle va se « défoncer » pour atteindre ses objectifs.

Mais quels sont ses objectifs, tiens, justement ?

Selon ses mots, un petit aperçu de notre discussion, en hyper résumé bien entendu :


- « Je veux le corps de Jessica Alba, ni plus ni moins »

- « Heu mais tu veux dire, heu... en fait on sait pas quel corps elle a vraiment, Jessica Alba, dans la réalité, hors photo et tournage. Genre, toi tu sais ? »

- « Je m'en fiche, de comment elle est hors tournage, je veux celui qu'elle a dans le film, quoi. »

- « Oui m'enfin bon, pour être comme ça, elle a un programme quotidien très stricte, non ? »

- « Peut-être, c'est exactement ce que je vais faire ».

- « Et puis quand tu l'auras, tu feras quoi ? »

- « Ben je serai enfin heureuse, exactement comme je veux, comme j'ai toujours voulu. »

- « Mais pourquoi t'as toujours voulu être comme ça ? »

- « Parce que c'est beau, ça. Moi les bourrelets ça me dégoûte. »


(Là, Marie qui était présente et elle-même un peu « en forme » baisse les yeux.)

- « Oui mais je parle pas pour toi, hein Marie, je te trouve super belle mais moi je saurais pas, j'y arrive pas, j'ai besoin d'atteindre ce résultat. »


(Marie y croit à moitié mais bon, ça ne rassure pas son sentiment d'être hors norme et moche, comme elle le considère quotidiennement devant la glace. En plus, dit-elle, « moi j'ai pas ta détermination, je suis incapable de m'y mettre sans y être obligée. »)


Là, Elisa, de surcroit, ajoute : « Oui enfin bon c'est pas faux, c'est quand même beau, quelqu'un qui s'entretient. Mais bon y a pas que le poids, blabla... »


Ce que ce trio de femmes a traversé , dans les coulisses :


En sommes, pour faire court, voici la finalité que ce trio de jeunes femmes a traversé :


Cléo est devenue obsessionnelle du sport, addict à toutes ses séances qu'elle n'aurait loupées sous aucun prétexte, s'est mise à compter toutes ses calories et à diminuer intensément ses rations alimentaires. En plein surentraînement et en trop grande privation depuis longtemps, elle s'est un jour jetée sur la nourriture et vit depuis un long moment une alternance entre excès de sport et prise de poids accompagnée de boulimie.


Marie, elle, a continué à autoflagellation de ne pas être assez belle, assez courageuse, assez déterminée, elle a continué à payer son abonnement sans s'y rendre et en a culpabilisé à chaque prélèvement. Elle s'est ensuite convaincue que tout est sa faute si elle n'est pas svelte et « belle » puisqu'elle « ne parvient même pas à suivre un cours ».


Quant à Elisa, après son achat de programme « super bikini », elle en acheté un autre, puis un autre, mais en passant davantage de temps à consulter les profils intagram des monitrices et autres élèves qu'à pratiquer elle-même les exercices suggérés. Les semaines passant, pour compenser sa sensation d'être toujours « pas assez bien, pas assez belle » en comparaison avec ces autres femmes, elle s'est passionnée pour les techniques de minceur avec les plantes.