Critiquer le diktat du poids et vouloir une belle silhouette à la fois? Comment gérer nos paradoxes

27 Jun 2018

Bonjour à toutes! J'avais envie d'aborder un sujet qui fait nombre de discussions entre femmes autour de moi en ce moment: la beauté intérieure c'est bien, mais quand on se sent "rondouillette", parfois on s'en fiche complètement! Sujet auquel j'ai moi-même beaucoup pensé: étais-je cohérente dans mes propos, lorsque je suggère de "vivre pour la beauté de l'intérieur et la santé", alors que, lorsque je m'estime plus "svelte" (sous-entendons - dans la norme), j'ai le réflexe de me sentir mieux psychologiquement?

 

Je partage avec vous comment, moi et mes amies, avons trouvé notre équilibre entre tous ces paradoxes, croyances et mécanismes féminins.

 

(Pas le temps de lire? Écoutez cet article en Vidéo ici)

 

 

 

 

 

"C 'est facile de parler de beauté intérieure pour certaines !"

 

J'ai souvent entendu cette phrase lors de discussions entre filles, adressée à l'une ou l'autre dont la corpulence était plus "dans la norme". Les concernées n'avaient donc pas le droit au chapitre, bien entendu. Certes, je trouvais qu'elles n'avaient pas tort. Qu'en est-il du quotidien, lorsque tout est un obstacle à cause d'un poids difficile à vivre? Le jugement et la critique facile d'autrui, trouver des vêtements à sa taille, être essoufflé dans l'escalier...

 

Cependant, j'ai aussi rencontré de merveilleuses demoiselles pleines de vitalité, de courage, de confiance (variable, comme pour toutes) et qui rayonnaient de joie, quelque soit leur tour de hanche!

 

Pour exemple, cette demoiselle incroyable découverte sur Instagram, qui pratique sa passion avec ténacité et dont je suis les aventures avec admiration: d'une souplesse incroyable, elle ne semble pas perdre son temps avec ce que le Pole Dance véhicule habituellement comme message en terme de silhouette. Souriante, pleine de force, elle en inspire surement plus d'une à oser!

https://www.instagram.com/fred__fitness

 

Donc, cela prouvait que le "secret" se situait ailleurs.

 

 

Le poids, c'est un chiffre relativement abstrait qui ne dit pas grand chose , sauf en cas de danger de santé . Mais...

 

C'est incroyable, je m'en souviens encore comme si c'était hier: le jour où, sortant de la visite médicale de l'école, j'avais passé la barre des 40 kilos alors que certaines de mes amies pas.

 

Étant petite de taille, je m'étais déjà inquiétée de ce chiffre! Je ne faisais pas du tout partie des enfants qui avaient un poids à surveiller pour leur santé: donc comment, diable, avais-je pu déjà me soucier de ce nombre alors qu'en soi, il n'avait aucun impact dans mes mouvements quotidiens?

 

C'est trèèèès très tardivement que j'ai compris que beaucoup de données impactent le poids, et donc que l'une pesant 70 kilos et l'autre pesant le même poids ne se ressemblent pas pour autant!

 

J'ai commencé alors à me détacher de ces chiffres, malheureusement après plusieurs années d'obsession à vouloir le faire descendre ou le contrôler.

 

 

 

Troquer l'obsession du poids pour... l 'obsession de la forme/apparence :

 

En fin de compte, une fois acquis le lâcher prise au sujet de la balance, nous sommes tout de même encore très nombreuses à déplacer simplement notre obsession sur un autre objectif: l'aspect général de nos formes et notre silhouette.

 

Je me suis longtemps demandé pourquoi c'était si puissant, si attirant, si évident d'être poussé à vouloir cette acquérir cette silhouette: était-ce parce que ce qui naturellement "symétrique et esthétique" attire l’œil? Était-ce uniquement les médias? Quelles étaient nos croyances ancrées et cristallisées au sujet de notre perception de ce qui est "beau" ou "pas", svelte ou pas, ferme ou pas, tonique ou pas?

 

D'ailleurs, est-ce que pour moi, svelte signifie la même chose que pour ma voisine? Je ne crois pas.

 

Et donc souvent, nous nous "acharnons" à obtenir non pas le "poids idéal" mais la "silhouette idéale", ce qui au final ne change pas grand chose dans la démarche. Pour qui, pour quoi? J'ai cependant compris que souvent, une personne que nous admirons a une "allure"et une "stature", une aura et un rayonnement spécifique (que nous assimilons dès lors facilement avec sa silhouette). Nous nous trompons donc d'objectif...

 

 

Avoir la silhouette rêvée n'amène pas "l 'aura" et la confiance rêvée pour autant : mais alors comment ?

 

Quelle déconvenue, quand j'ai réalisé à mon grand désespoir que même la silhouette idéale ne transforme pas la confiance intérieure complètement!

 

Certes, il y a une amélioration. Mais elle vient avant tout de ce que l'activité physique permet d'améliorer physiologiquement: les hormones, la circulation, le système nerveux qui s'équilibrent, l'humeur qui se stabilise, le stress qui diminue, la santé qui s'améliore, le système cardio-vasculaire qui revit, les douleurs qui diminuent et certes, des kilos en trop qui s'envolent et nous "allègent".

 

Nous en avons toutes la preuve dans une situation très drôle (enfin pas sur l'instant) et évidente, régulièrement sous nos yeux: lorsque vous faites du sport et que votre silhouette se raffermit et se transforme, vous êtes "ravie": puis, pendant 3 ou 4 jours, vous n'avez plus l'occasion de pratiquer votre sport et TOUT à COUP, vous vous trouvez molle, moche, pas confiante, pas tonique, vous pensez même que votre pantalon ne va pas pouvoir être fermé jusqu'en haut.

 

(Vous vous traitez qu'une vieille chaussette qui ne vaut plus rien et bonne à laisser de côté, "foutu pour foutu").

 

 

 

Un peu d'humour et de logique :

 

L'absurdité de cette situation m'a sautée aux yeux un jour: je me suis dit: "En toute décence et toute logique, tu n'as pas grossi en 3 jours au point de devenir molle comme un escargot et ne plus fermer ton pantalon. Ce n'est donc pas ça qui te contrarie et te met de mauvaise humeur."

 

J'en riais récemment avec une amie: on se moquait de "nous-même": vous imaginez, si nous osions dire à notre meilleure amie: "non mais sérieux, comment as-tu peu arrêter de faire du sport pendant 4 jours, tu imagines, toute ta peau va tomber par terre si tu ne t'y remets d'ici 28 secondes!" :-D

 

Donc il s'agit bien d'un bien-être évident que l'activité physique produit sur nous, bien davantage et plus intensément que juste une histoire de tour de hanche.

 

 

La confiance et le rayonnement + la silhouette qu'on aime , Nous (pas le voisin), viennent de la fierté de se réaliser et d'une bonne santé physique et morale :

 

En analysant un peu nos émotions et nos pics d'humeur, nos montées et pertes vertigineuses de confiance, nous avons pu observer ceci:

 

  • Notre poids ne changeait pas entre les 2 variations d'humeur "très positive" et "démoralisée"

  • Nous n'avions effectivement pas fait de sport, donc pas bougé et nous avions des douleurs et tensions.

  • Dans les périodes "down", on ne se réalisait souvent pas (personnellement, professionnellement, qu'il s'agisse d'une longue période d'accumulation ou d'une semaine trop chargée) donc facilement sensibles à la comparaison, je dirais même que nous apprécions difficilement l'aura "soleil" de la première nana qui se pointait.

  • Nous dormions mal par manque d'activité, donc nous cogitions davantage, donc avions mauvaise mine, ce qui n'arrangeait pas nos affaires.

  • Enfin, par frustration nous avions tendance à nous consoler avec une nourriture peu vitalisante - BAM culpabilité - BAM réaction du corps, que "j'entendais" déjà dire: "Heu dis, qu'est-ce que tu fous là, ça craint, ce que tu me donnes depuis quelques temps?!?"

CONCLUSION: il est donc NORMAL dans ces conditions que vous ne vous sentiez pas très bien et cela n'a souvent rien avoir avec une histoire de silhouette ou de poids.

 

Le bien-être et la confiance reviennent systématiquement quand j'ai bougé et que j'ai progressé, que j'ai joué, que je me suis amusée dans une activité physique, que j'ai partagé avec mon compagnon ou des amies. Je me sens "en mouvement", comme l'eau d'une rivière qui n'apprécie pas de croupir dans son coin.

 

La joie, ça allège le corps !!!

 

 

 

 

QUESTION D'UNE AMIE PENDANT UNE CONVERSATION:

 

"Mwais mais moi, je me sens plus belle quand je suis mince et svelte: j'en fais quoi, de ta beauté intérieure de bisounours ? Et puis je Kiffe les crèmes pour les cuisses aussi... c'est mal ? Et puis quand je vois une belle nana toute mince, j'ai envie d'être comme elle ..."

 

Un jour j'ai réalisé que le matin-même, je parlais de "santé et de beauté intérieure, de rayonnement" alors que quelques heures après, je regardais la forme de mon fessier dans le miroir et le tartinais de crème.

 

Bonjour le paradoxe... Stopper? Ouille, dur dur pour moi. (Moi aussi je kiffe de me crémer les gambettes). Est-ce que je pensais sincèrement à "mincir" ou quoi que ce soit du genre, en me crémant de la sorte? Oui et non... disons que j'avais certainement la conviction que c'était bon pour ma peau, mais par contre plus du tout dupe de discours de centimètres publicitaires.

 

Puis, petit à petit, j'ai réalisé que ce rituel était sincèrement un vrai bien-être et bonheur, physiquement et psychologiquement: pas tant pour une histoire de résultat, mais parce qu'en le faisant, je consacrais du temps à mon corps, et donc à ses besoins, puis ensuite je me sentais paisible par l'action du massage opéré. Et donc, ce que nos amoureux apprécient dans ce moment, ce n'est pas les centimètres perdus, mais le soin que nous apportons à notre corps: c'est quand même plus sympa que de se couvrir de n'importe quelle fripe sans se laver, non?

 

D'autre part, en effet, la peau a une douceur et odeur agréable et souvent, ça en améliore l'aspect. Seule condition personnelle, je choisis des huiles et produits biologiques et les plus simples possibles! Hors de question de me tartiner de chimie intrusive...

 

Enfin, j'ai aussi réalisé que ce qui fait que je me trouve "plus belle", moi aussi dans certaines situations, c'est avant tout quand j'ai le temps de prendre soin de moi et que je sens que ma santé est vivifiée, que j'ai la force de bouger et de porter, et donc le courage de mener la vie quotidienne et ses défis: quand c'est le cas, souvent c'est par conséquent que mon corps est assez entretenu et tonique.

 

Donc pas tant une histoire de "formes". Si certains jours je n'apprécie pas mon "petit ventre" c'est parce que je me sens barbouillée et pas active, qu'il m'empêche d'être confortable", que je ne peux pas bouger librement et avec souplesse, avec énergie.

 

D'ailleurs, la plupart des membres de mon programme sportif le répètent: si elles ont envie de perdre quelques kilos, c'est parce qu'elle se sentent "molle" en énergie et peu tonique, et donc peu confiante dans leur mobilité.

 

Lorsqu'elles ont commencé le programme, elles n'avaient pas pour autant perdu beaucoup de kilos, mais le posture se redressent immédiatement et leur confiance avec!"

 

 

 

"Eurêka, j'ai donc le droit de vouloir être comme je veux, même si ça implique d 'aimer être svelte ?"

 

 

Il n'y a pas de règles universelles, uniquement celles qui font que tu te sens bien et celles qui sont bénéfiques pour ton équilibre émotionnel!

 

8 Astuces - Mémo pour t'aider à équilibrer tes paradoxes:

 

1) Ton corps aime bouger !

 

 

2) Ton voisin, compagnon, parent, ami, inconnu, n'a rien à dire sur le poids que tu devrais avoir, ni ne peut déterminer tes décisions si toi tu te sens bien dans tes baskets, à moins que toi tu ne souhaites changer / améliorer ta santé / ta mobilité / ta tonicité / ta silhouette / te challenger / te sentir évoluer

 

3) Ton corps va adorer que tu prennes soin de lui: mais il adore recevoir du soin naturel et de l'exercice constructif, pas excessif, pas obsessionnel, pas destructeur.

 

 

4) Oui, pour ressentir un changement et observer une transformation quelle qu'elle soit, il faut de la ténacité et de la persévérance (on a pas dit de l'inconscience :-) mais si ta motivation est uniquement extrinsèque (par exemple, un poster que tu as vu en ville te fait te sentir moche), tu ne tiendras pas dans la durée. Pense à tout ce que tu pourras réaliser dans ta vie et à l'amélioration de ton quotidien / ta santé / tes émotions / tes projets et relations, si tu souhaites maintenir tes bonnes résolutions et les ancrer dans tes habitudes

 

5) Rien de tel que le plaisir: pratique une activité avec tes amies, choisis une super bonne huile pour ta peau plutôt que de te ruiner avec pleins de produits inefficaces.

 

6) Auto-compassion et dédramatisation: Nooooon tu ne vas pas devenir un cachalot si tu arrêtes le sport pendant un temps et c'est OK d'avoir des périodes de démotivation ou même de "carnage" complet dans tes bonnes résolutions. Reprends la barque quand tu peux, pas pour les autres, pas en te critiquant, mais simplement en pensant à ton petit corps chéri qui en a besoin et en pensant à tout ce qu'il peut te soutenir au quotidien quand tu es en mouvement :-)

 

7) Ne te pourris pas la vie avec des obsessions qui gâchent ton temps et ton humeur:  car tout le temps que tu ne passes pas à pratiquer, à bouger, à partager, à sortir de chez toi, à oser essayer un nouveau sport, tu le perds à te mesurer, te peser ou te comparer, pendant que tu pourrais être en train de te sentir en plein progrès ou évolution personnelle.

 

8) Si tu as envie de perdre du poids parce que tu ne te sens pas en santé, ne va pas trop vite, continue à bien manger (sainement) et surtout trouve des personnes qui te soutiennent pour les bonnes raisons!

 

 

Le défi que je te propose :

 

1. Notez en commentaire un paradoxe que vous vivez (par exemple: "Je sais que le poids n'est pas le plus important dans la vie, mais quand je vois mon amie si svelte, je me sens moins bien et je me dévalorise")

 

2. et inscrivez à côté quelle action vous allez entreprendre pour gagner en confiance et estime personnelle : comment pourriez-vous, cette semaine, dès aujourd'hui, faire une petite action dont vous serez fière et qui améliorera votre rayonnement personnel, qui vous permettra de moins vous dévaloriser, vous auto-critiquer ou vous sentir inférieure, moche ou moins bien vis-à-vis d'autrui ou celui qui partage votre vie?

 

Exemple d'action :

 

  • Décider d'aller dormir plus tôt pour pouvoir m'étirer 10 minutes le matin

  • Décider de diminuer par 2 ma ration de chocolat ou de sucre (le mercredi B-)

  • Décider de marcher 1 fois par semaine avec une amie

  • Décider de m'inscrire à une activité qui m'attire depuis longtemps mais que je n'ose pas faire

  • Décider d'essayer une nouvelle recette saine par semaine, le week-end par exemple

  • Etc...

Héé...  attention, je viendrai vous demander d'ici quelques temps si vous l'avez vraiment fait!! :-D

 

 

Si vous avez une amie ou une personne à qui vous pensez que ces quelques paragraphes pourraient faire du bien, n’hésitez pas à lui PARTAGER cet article!

 

Prenez soin de vous et merci pour votre lecture !

 
Isabelle
 
Du mal à vous y mettre, ou du mal à vous sentir bien dans ta peau ? Voici une petite vidéo inspirante! En vous abonnant à la chaîne YOUTUBE, vous recevrez les nouvelles vidéos à venir. A bientôt!
 

 

 

Envie de pratiquer une activité sportive, mais pas le temps de sortir de chez vous?

 

Dans mon programme "Holis Body & Mind", vous aurez accès à de multiples vidéos de fitness, de Yoga, de Yin yoga, de danse, pour retrouver de l'énergie, une silhouette que vous aimez et surtout un moral pour accompagner vos beaux projets de vie!

 

Les détails sont par ici. N'hésitez pas à poser des questions pour voir si cela vous convient!

 

Isabelle

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Pinterest
Aimer ce post
Please reload

Posts à l'affiche

Recette Smoothie glacé au cacao & café, protéiné, stimulant et antioxydant

July 23, 2019

1/5
Please reload

Posts Récents